• Alain A.

Assurance Vie

Dernière mise à jour : il y a 3 jours

Qu'est-ce qu'un contrat d'assurance-vie ?

L'assurance-vie est un contrat d'assurance qui permet à un souscripteur assuré de se constituer un capital, via des versements libres ou programmés, qu'il peut toucher en cas de vie. À ne pas confondre avec un contrat d'assurance décès, pour lequel le souscripteur verse une prime fixe mensuelle et qui assure aux bénéficiaires choisis le versement d'un capital fixé en cas de décès.

Dans le cas d'une assurance-vie, l'assuré se constitue lui-même son capital. C'est donc un produit d'épargne. Il peut faire des versements, partiels ou total, à tout moment. Ces versements vont se capitaliser et éventuellement produire des intérêts (voire subir des pertes selon les supports choisis).

En cas de décès, le capital constitué est transmis au(x) bénéficiaire(s) désigné(s) par l'assuré dans la clause bénéficiaire.

Si l'assurance-vie permet de protéger ses proches en cas de décès, elle peut remplir d'autres objectifs : Se constituer une épargne, préparer sa retraite, obtenir des revenus défiscalisés, etc.


L'assurance vie

Comment fonctionne l’assurance vie et quels sont ses avantages ? Quelles différences entre gestion libre ou pilotée ? Quelles conséquences en cas de rachat ?


Présentation et fonctionnement de l'assurance vie

Souvent désignée comme le « placement favori des Français », l'assurance vie est un produit d'épargne bénéficiant d'une fiscalité dérogatoire. En fonction des besoins de son détenteur, elle permet de se constituer un capital, de produire des revenus ou de transmettre un patrimoine.


C'est un contrat d'épargne. Tous les versements, ainsi que les intérêts générés, vont constituer un capital. En cas de vie, l'assuré touche ce capital épargné au moment qu'il souhaite. En cas de décès, il est transmis à la personne qui a préalablement été désignée comme bénéficiaire. Celle-ci doit être indiquée clairement au moment de la rédaction de la clause bénéficiaire.


Les contrats d'assurance vie sont distribués principalement par des compagnies d'assurance et par les banques via leur propre filiale d'assurances. Les assurances vie sont aussi commercialisées par des distributeurs agréés (courtiers ou conseillers en gestion de patrimoine).


L'assurance vie existe sous deux formes :


Contrat mono support en euros (à éviter)

Ce contrat est majoritairement investi dans des produits à taux garanti : obligations du secteur public ou privé. C'est un placement sans risque, car les montants sont garantis par l'assureur. Chaque année, les intérêts sont définitivement acquis et s'ajoutent aux versements effectués. Mais les rendements des fonds euros et obligations sont de plus en plus faibles, soit entre 0.50 et 1.50%.


Contrat multi supports (à privilégier)

Ce contrat permet d'investir sur plusieurs supports plus ou moins spéculatifs. On y trouve, en général, au moins un fonds en euros ou un fonds garanti équivalent au contrat mono support précédent.


Les autres fonds proposés sont basés sur des FCP ou des Sicav boursières. Ils sont appelés unités de compte et ne sont pas garantis en montant. Un choix de plus d’une centaine de fonds vous permet d’accéder à des Fonds Prudents, Équilibré ou dynamique plus ou moins investis en action. A chaque versement, un nombre de parts est attribué au contrat du client selon le cours du fonds. La valeur de la part varie à la hausse ou la baisse.


Suivant les contrats, la répartition entre les fonds peut être librement choisie par le client (on parle de gestion libre), présélectionnée (c'est la gestion conseillée, aussi appelée gestion profilée) ou automatisée en suivant un mandat de gestion (c'est la gestion pilotée ou gestion sous mandat).


Aux côtés du fonds en euros et des fonds en unités de compte, un troisième type de fonds a été créé en 2014 dans le code des assurances. Il s'agit des fonds de diversification, que l'on retrouve sur le contrat Euro-croissance.


Assurance vie : pourquoi le contrat de votre banque n'est pas très intéressant

Votre banquier vous vante les mérites de l’assurance vie ? Réfléchissez bien avant d’ouvrir un contrat dans votre banque... La preuve par trois.

« Vous pouvez prendre date en ouvrant une assurance vie. » En prononçant cette phrase, votre banquier vous invite à penser « épargne à long terme ».

Un conseil qui peut être totalement légitime, si votre situation personnelle s’y prête.

Mais votre banquier a évidemment une idée en tête : vous faire ouvrir l’assurance vie "maison", gérée le plus souvent par une filiale du groupe bancaire. C’est grâce à ce procédé, qui repose sur la relation directe entre le banquier et son client, que les banques parviennent à accaparer 58% du marché de l’assurance vie. Et le marché « web » progresse… mais reste une « niche » pour épargnants bien informés. Pourtant… les contrats grand public des banques, ceux qu’elles proposent aux épargnants « débutants », ont peu d’atouts dans leurs poches.


Des rendements faibles sur les fonds en euros

« Scoop » : les rendements de l’assurance vie baissent et vont encore baisser.

Du moins les performances des fonds en euros, l’historique support star de l’assurance vie dont le succès reposait sur une double promesse : zéro risque + d’honnêtes intérêts annuels. Cette double promesse est aujourd’hui mise à mal par la conjoncture pérenne de taux bas. Cette année encore, tous les fonds en euros voient leur taux stagner, baisser ou chuter. Mais si certains assureurs ont réussi à mettre le frein à main, plusieurs contrats d’entrée de gamme vendus par les banques sont d’ores et déjà au bas de la pente.


24 vues0 commentaire